HAÏKUS AU FIL DES JOURS

 Haïkus invités

[1]  [2]  [3]  [4]  [5]  [6]  [7]  [8]  [9]  [10]  [11]  [12]

Accueil des haïkus invités

Damien GABRIELS

(mise en ligne : 27/06/2005)

Haïkus extraits de "Jack Kerouac - Poèmes" – trad. Philippe Mikriammos - Seghers  Poésie d'abord - 2002
 
 

 

Arms folded
to the moon
Among the cows.
 
Bras croisés
sous la lune
Parmi les vaches
 
 
 
Elephants munching
on grass - loving
heads side by side.
 
Les éléphants mâchent
l'herbe - amoureux
tête à tête
 
 
 
Missing a kick
at the icebox door
It closed anyway.
 
Coup de pied raté
sur la porte du frigo
Fermé quand même.
 
 
 
The moon had
a cat's mustache
For a second.
 
Pendant un instant
la lune a eu
des moustaches de chat
 
 
 
The summer chair
rocking by itself
In the blizzard.
 
La chaise d'été
se balance seule
Dans la tempête de neige.
 
 
And the quiet cat
sitting by the post
Perceives the moon
 
Et le chat tranquille
assis près du poteau
remarque la lune.
 
 
 
Evening coming -
the office girl
unloosing her scarf.
 
Le soir vient -
la secrétaire
desserre son écharpe.
 
 
 
The bottoms of my shoes
are wet
from walking in the rain
 
Le fond de mes chaussures
est trempé
Trop marché dans la neige
 
 
 
A big fat flake
of snow
Falling all alone
 
Bon gros flocon
de neige
Qui descend, isolé
 
 
 
This July evening,
 a large frog
On my door sill
 
Ce soir de juillet,
une grosse grenouille
sur le pas de ma porte.
 

 

Haïkus extraits de « Eté - Yosa Buson » - Editions La Délirante – 2001

 
 
 
Orage
Mon pinceau ne sèche pas
Mille poèmes
 
 
Nuit d'insomnie
Quittant ma pauvre hutte
Lune d'été
 
 
 
 
D'une pivoine
Deux ou trois pétales
L'un sur l'autre
 
 
Etendu.
Dans la barque échouée
Quelle chaleur
 
   
   
 
Haïkus extraits de « Chroniques d'Oburo - Haïku d'un planqué » - Patrik Palaquer - Edition Association Française de Haïku - 4ème trimestre 2003
 
 
 
devant l'ascenseur
le chef et le directeur
je prends l'escalier
 
 
deux nouveaux stagiaires
un jeune chauve et une grande blonde
on me donne le chauve
 
 
regarder les mouches
quand les autres travaillent
Poète, ce fainéant !
 
 
jour de la galette
si j'ai la fève, je l'avale
vu la gueule des reines
 
 
25 ans de boite !
dire que le premier jour
j'avais failli m'enfuir
 
 
fin de journée
fin de semaine
fin de moi
 
 
sur ma ligne
beaucoup de gens du boulot
vite, changer de wagon !
 
 
au café le midi
des collègues alcooliques
trinquent aux illusions
 
 
c'est si bon
remplir sa feuille de congé
faire signer le chef !
 
 
carré de lumière
je fais des ombres chinoises
dans les toilettes
 
 
un orage de grêle
tous aux carreaux comme des gosses
sauf le chef ...
 
 
dormir, se lever
partir travailler, rentrer
on appelle ça vivre



 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement