HAÏKUS AU FIL DES JOURS

 Jour d'été en Provence

Damien GABRIELS

(mise en ligne : octobre 2004)

Un coin de Provence, entre Monts de Vaucluse et Luberon. Des instants saisis au fil des jours d’été, de l’aube à la nuit noire.
 
 
 
 
soleil à peine levé -      la lavande déjà       bourdonne
 
 
une montgolfière       silencieusement s’élève       dans l’aube fraîche
 
 
matin de pluie -      les cigales font       la grasse matinée
 
 
café du matin       face au silence       du soleil levant
 
 
dès l’aurore       des silhouettes courbées       dans le champ de melons
 
 
¤¤=
 
 
jour de mistral -      plus une seule mouche       pour nous agacer
 
 
herbe sèche -      à chacun de nos pas       bondissent des criquets
 
 
piquées dans la toile       de mes espadrilles       des brindilles d’herbe sèche
 
 
rangs de vignes -      juste le chapeau de paille       de l’homme qui sarcle
 
 
¤¤=
 
 
chaleur       l’eau versée dans les verres fait tinter les glaçons       fraîcheur
 
 
midi -      ombre immobile des lavandes       sur les pierres blanches
 
 
midi – les cigales       pas le moindre espace       pour un autre bruit
 
 
assis sous les chênes       au sein de l’incessante       stridence des cigales
 
 
¤¤=
 
 
sieste -      chants assourdis des cigales       pénombre de la chambre
 
 
étendu sur le lit       un livre pour alibi -      l’appel de la sieste
 
 
à l’heure de la sieste       le banc de pierre paraît       beaucoup moins dur
 
 
méridienne -      nos chaises abandonnées       à l’ombre des pins
 
 
sieste -     le silence soudain des cigales       m’a réveillé
 
 
au sortir de la sieste       rouvrant les yeux       dans l’ombre bleue des chênes
 
 
¤¤=
 
 
courses de lézards -      remuements de feuilles sèches       sous les lavandes
 
 
distrait un instant       et l’immobile lézard       déjà disparu !
 
 
coup de tonnerre -      les cigales soudain muettes       d’un coup, d’un seul !
 
 
orage d’été -      au soleil déjà revenu       la route fume
 
 
¤¤=
 
 
 crépuscule -      une cigale obstinée       chante de plus belle
 
 
la nuit tombe -      après le chant des cigales       celui des grenouilles
 
 
respiration suspendue -      murmure de l’arrosage       au pied des oliviers
 
 
soirée de juillet -      des chauves souris folles       frôlent la terrasse
 
 
soirée d’été -      la chaleur du soleil       sort des murs de pierre
 
 
¤¤=
 
lumières du village       ancrées sur la colline -      Mars monte dans la nuit
 
 
la nuit s’avance -      sur la colline les lumières       une à une s’allument
 
 
lumières sur la colline -      le jour on ne voit pas       de maisons là-bas
 
 
cour de gravier blanc -      sur les boules de pétanque       un rayon de lune
 
 
mistral dans la nuit -      mille et mille bruits       inconnus
 
 
astiquées par le mistral       la lune et les étoiles       redorées à neuf
 
 
 
Copyright – Damien Gabriels 2004
(Merci à Henri Chevignard et Michel François Lavaur pour l’idée d‘inscrire les haïkus sur une ligne)



 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement