HAÏKUS AU FIL DES JOURS

 Haïkus invités
Printemps des Poètes 2009 : "en rires"

[1]  [2]  [3]  [4]  [5]  [6]  [7]  [8]  [9]  [10]  [11]  [12] 

(Accueil des Haïkus invités)

Damien GABRIELS

(mise en ligne : 01/03/2009)

A l'occasion du Printemps des Poètes 2009, sur le thème "en rires", une sélection de haïkus
pour rire ou sourire ...

nous nous embrassons -
le tournesol
se détourne

Mayuzumi Madoka



apparu
dans le brouillard du matin -
un attaché-case

Fuyuno Niji



j‘achète des préservatifs -
ma voix
derrière le masque

Ishikawa Keirô


le percepteur en nage
le professeur dans la déche -
les voilà qui pouffent de rire !

Katô Shûson



l’âge de la lune ?
je dirais treize ans -
à peu près !

Issa



de la narine du grand Bouddha
jaillit
une hirondelle

Issa



aux fleurs de pruniers
je parsème de sardines
la tombe de mon chat

Issa



sous la lune du soir
l’escargot
torse nu

Issa



monstre
il montre son cul rond
le potiron

Natsume Sôseki



les employés de banque
miroitent au matin
comme des calamars

Kaneko Tôta



coup de pied raté
sur la porte du frigo
Quand même fermée

Jack Kerouac



sur le sol gelé
une poule hésite à
poser l’autre patte

Bruno Hulin

 


Baignade au camping

Les vaches du champ voisin
nous regardent

Philippe Quinta

 

tout usé
devant le frigo de bières
le plancher

Hélène Boissé

 

devant l’ascenseur
le chef et le directeur
je prends l’escalier

Patrik Palaquer


 


chaque matin devant la gare

Jean-Claude Decaux nettoie
ses toilettes

Daniel Biga


au supermarché
mieux vaut avoir un ticket
avec la caissière

Jean-Claude Touzeil


N’aime-t-il plus mes haïkus ?
Le mistral veut fermer
les pages de mon carnet

Yves Gerbal


femme dévêtue -
d’une main plus délicate
le poseur d’affiches

Dominique Chipot


le crachat du cycliste
qui me précède
je l’ai esquivé

Pierre Tanguy


amitié de fin de nuit -
trois escargots partagent un banc
à la station de taxi

Alan Summers


Toilettes de la gare
Payer encore une fois
pour la bière

Daniel Dörshner


barbecue -
les poils sur le ventre du chef
parsemés de sel

David Cobb


sur la piste de slalom
une trace soudaine
d’odeur de vache

Kai Falkman


Quatorze juillet
Défilé de sans-culottes
au camp de nudistes

Michel Duflo

 

Baleine échouée sur la plage
Le ramasseur de coquillages
reste les bras ballants

Thierry Cazals



banquet officiel -
son discours
entrecoupé de hoquets

Marcel Peltier



mes boules Qiuès jaunes
roses celles de ma voisine -
voyage en train

Daniel Py

 

la gastro de la petite
toute la famille y passe -
lune de février
Dorothy Howard
le crachat du cycliste
qui me précède
je l’ai esquivé

Pierre Tanguy


soleil couchant -
le chien rose
sur la pierre du seuil

Pierre Peuchmaurd


mariage en blanc
sur le perron de l’église
pigeons et fumeurs

André Duhaime


elle s’approche
~ odeur de lessive ~
mon désir retombe

Paul de Maricourt


au tribunal
debout dans le couloir
j’admire mes pompes

Paul de Maricourt


conférence haïku =
mon voisin ronfle
en japonais

Serge Tomé


Un coucou est né
dans la nichée de la grive.
La tête du père !

Paul Bergèse


l’ambulancier
cigarette aux lèvres
apporte l’oxygène

Micheline Beaudry


corde à linge
le vent tente d’enfiler
un pantalon

Hélène Leclerc


derrière l’ordi
spaghetti de fils
pleins de poussière

Pierre Cadieu


chaude journée d’août …
Une guêpe fait la planche
dans un jus d’orange

Henri Lachèze


pas besoin de clim
elle gare à l’ombre
son vélo

André Cayrel


Vous les épâtates
le jour où vous leur offrîtes
un Aztèque haché

Jean-Claude Touzeil



mille goélands
sur la promenade
j’ouvre mon ombrelle

Louise Pellerin


chaleur précoce
un paon fait la roue
devant une brouette

Jean-Claude César



 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement