HAÏKUS AU FIL DES JOURS

un choix de mes haïkus pour novembre 2006

Damien GABRIELS


  fenêtre nue –
la lune

derrière un nuage

 
 
rouvrant les yeux
au freinage du train
un défilé de tags
 
 
 
roulement du train –
par dessus mon livre
une épaule blonde
 
 
 
soleil au ras des toits –
sur la pointe des pieds
jusqu’au dernier rayon
 
 
 
immeuble aveugle –
toutes les paraboles
tournées vers la lune
 
 
 
insomnie –
un triangle de lune
sur le paillasson
 
 
 
shooter dans un marron –
sous le jour du portail
le museau d’un chien
 
 
 
ombres du bas côté –
le pelage déjà grisâtre
du renard
 
 
 
toilettes publiques –
l’occasion d’étendre un peu
mon vocabulaire …
 
 
 
de plus en plus petit
dans mon rétroviseur
le faucon immobile
 
 
 
dernière jupe courte –
régler mon pas sur son pas
… à quelques pas
 
 
 
entrée en gare –
la course du soleil
sur les aiguillages
 
 
 
train en retard –
concert de portables
dans le compartiment
 
vent d’octobre –
le feuillage du sumac
dans un sac poubelle
 
 
 
autoroute de nuit –
dans ses yeux le vert fluo
du tableau de bord
 
 
 
changement d’heure –
sur le cadran de la radio :
« summer off »
 
 
 
veille de Toussaint –
la saignée de la vigne vierge
dans l’allée d’épineux
 
 
 
banc de brume –
les houppiers de la presqu’île
gagnent le large
 
 
 
promenade du front de mer –
bribes de conversations
cueillies au vol
 
 
 
deux enfants assis
dans leur barque de sable –
marée montante
 
 
 
tartine en suspens –
une mésange bleue
à la fenêtre
 
 
 
la rue de la plage
déserte sous la lune –
une odeur de churros
 
 
 
nouvelle lune –
la ligne d’écume
d’une autre vague
 
 
 
soleil d’automne –
derrière mes paupières
le va-et-vient des vagues
 
 
 
nuit noire –
la lumière du phare
puis le ressac
 
 
 
marée basse –
le sable humide
pailleté d’or
 
Copyright - Damien Gabriels pour les textes (octobre 2006)



 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement