HAÏKUS AU FIL DES JOURS

un choix de mes haïkus pour novembre 2004

Damien GABRIELS

 

jardins ouvriers –
fumées de fanes brûlées

dans le soir brumeux

 
 
 
cuisine éclairée –
avec moi elle est entrée
la mouche d’automne
 
 
 
fenêtre du train –
un tracteur laboure

la ligne d’horizon

 

fenêtre fermée
sur la fraîcheur de la nuit –
halo de la lune
 
 
 
rayon des phares –
un hérisson en boule
au pied de la haie
 
 
 
averse d’automne –
la chaise longue repliée
sous l’avant-toit
 
 
 
feuille morte
un papillon échoué
sur la terrasse
 
 
 
frissons du soir -
la vigne vierge incendie

le mur du cimetière

 

un homme aux cheveux blancs,
pensif devant la vitrine
du marbrier
 
 
 
maïs coupés –
le soleil se lève à nouveau
sur l’horizon
 
 
 
fenêtre fermée
sur la fraîcheur de la nuit –
halo de la lune
banc de brume –
défilé de peupliers
sans troncs
 
 
 
à l’automne aussi
dans l’allée de cerisiers
le pas ralenti
 
 
 
feuilles ratissées –
à la pointe d’un brin d’herbe
une coccinelle
 
 
 
sortant la poubelle
une alarme de voiture

au fond de la nuit

 

tas de feuilles mortes –
une pomme grignotée
laissée sous la haie
 
 
 
bise d’automne –
la vapeur du sèche linge
devant la fenêtre
 
 
 
ratissée hier
la pelouse à nouveau
couverte de feuilles
 
 
 
terrasse d’automne –
une toile d’araignée
tendue entre deux chaises
 
 
 
heure d’hiver –
le tramway allume
des étincelles bleues
 
 
 
brouillard matinal –
la rue se serait-elle
couchée tard elle aussi ?

 




 
Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement