HAÏKUS AU FIL DES JOURS

 un choix de mes haïkus pour mai 2005

Damien GABRIELS

 

il reprend son élan
pour franchir la haie –

le premier papillon

 
 
 
villas du bord de mer –
le grincement d’un store
dans le soir d’avril
 
 
 
sur le bicorne
en bronze du général
deux pigeons roucoulent
 
 
 
soir de vacances –
sur la route de la maison
un ciel plus bleu
 
 
 
halo des réverbères –
les fils du téléphone
oscillent doucement
 
 
 
ailes étendues –
le vol du corbeau épouse
la courbe du pré
 
 
 
chant du coq –
une averse soudaine
claque sur le toit
 
 
 
éclaircie –
un moineau sautille
sur la réserve de bûches
 
 
 
le soleil sort des nuages –
ma page blanche
plus blanche encore
 
 
 
le jour se lève –
une araignée se balance
dans le carré de ciel
 
 
 
grisaille d’avril –
un peintre efface l’hiver
des bancs de la plage
 
 
 
à flanc de colline
les moutons broutent
leur ombre revenue
 
 
 
corde à linge –
la nuit a suspendu
des gouttes de rosée
 
 
 
montagnes et collines
dans la brume : petit jour
d’estampe chinoise
le bruit
des jets d’eau s’arrête –
l’averse redouble
 
 
 
tempête océane –
un goût de sel sur ma moustache
… poivre et sel
 
 
 
soleil pâle –
nos ombres timides
s’effleurent
 
 
la dernière fleur
de l’orchidée est tombée –
matin de reprise
 
 
 
grand soleil –
la buée sur la vitre
rétrécit
 
 
 
tas de gravats –
une rose fanée
sous cellophane
 
 
 
seule elle remonte
le flot descendant du train –
son sourire !
 
 
 
au pas des portes
les poubelles en sentinelles –
galet de lune
 
 
 
matin d’anniversaire –
le goutte à goutte rapide
du café qui passe
 
 
 
footing –
un papillon traverse
le chemin
 
 
 
seul dans le matin
à l’affût des haïkus
tapis dans le silence
 
 
 
embouteillage –
un vieux Jonasz
en boucle
 
 
 
allée de cerisiers –
les voitures sous l’averse
de gommettes roses
 
   
Copyright - Damien Gabriels (avril 2005)



 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement