HAÏKUS AU FIL DES JOURS

 un choix de mes haïkus pour juin 2008

Damien GABRIELS

coup de vent sur la mare -
les canetons se pressent
autour de leur mère
 
 
 
 
 
 
traversant l’allée
une araignée à toutes pattes
devant la tondeuse
 
 
 
 
 
 
pelouse tondue -
combien d’années de purgatoire
pour génocide de pâquerettes ?
 
 
 
 
 
 
pétales de cerisiers
vent de mai et papillon -
écrire un haïku ?
 
 
 
 
 
 
horizon de champs
labourés - la verticalité
du héron
 
 
 
 
 
 
piste cyclable -
les fentes du macadam
fleuries de pissenlits
 
 
 
 
 
 
dimanche matin -
trois fourmis dans le couvercle
du pot de miel
 
 
 
 
 
 
en haut du lilas
quelques fleurs roussies
par le gel d’avril
 
 
 
 
 
 
mur repeint de blanc -
une mouche immobile
au soleil levant
 
 
 
 
 
 
chaleur printanière -
un bourdon cogne
à la fenêtre
 
 
 
 
 
 
après chaque plongée
la poule d’eau bec à bec
avec ses petits
 
 
 
 
 
 
un vieux vélo couché
dans l’herbe de la berge
- le pêcheur dort
 
 
 
 
 
 
fraîcheur du banc -
le vent du soir retransmet
un concert de grenouilles
 
 
 
 
 
 
colzas en fleurs -
de petites rides
au coin de ses yeux
 
 
 
 
 
 
fenêtre entrouverte -
une aigrette de pissenlit
sur mon buvard
 
 
 
 
 
 
ombres du soir -
les pâquerettes lentement
se referment
 
 
 
 
 
 
fraîcheur du soir -
les bruit des chaises
de jardin qu’on empile
 
 
 
 
 
 
à mesure
que la nuit s’avance
la voix des grenouilles
 
 
 
 
 
 
derniers chants d’oiseaux -
dans un jardin voisin
une ombre tousse
 
 
 
 
 
 
au creux d’une ornière
un moineau boit
le bleu du ciel
 
 
 
 
 
 
barre d’immeuble
dans le petit jour gris -
une couette rouge
 
 
 
 
 
 
la mendiante assise
à la porte de la banque
- le dimanche aussi …
 
 
 
 
 
 
matin de printemps -
d’une portière dépasse
un pan de jupe à fleurs
 
 
 
 
 
 
Copyright Damien Gabriels (avril/mai 2008)



 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement