HAÏKUS AU FIL DES JOURS

 un choix de mes haïkus pour juillet 2005

Damien GABRIELS


déviation –
une route buissonnière
jusqu’au bureau
 
 
 
glycine –
une chenille escalade
le tuteur de bambou
 
 
 
plants
à repiquer –
une fraise mûre
 
 
 
brise de juin –
un frémissement bleu
dans les lavandes
 
 
 
vent de juin –
un pétale de rose
au seuil du garage
 
 
 
porte du jardin –
une toile d’araignée
me frôle la joue
 
 
 
soleil levant –
un papillon de nuit volette
dans le rideau
 
 
 
stade désert –
un groupe de corneilles se pose
dans le rond central
 
 
 
fenêtre du train –
des coquelicots passent
au milieu des blés verts
 
 
 
lumière de l’aube :
rien d‘autre dans la toile
d’araignée
 
 
 
aube de juin –
une toile d’araignée
dans la clématite
 
 
 
cloches à toute volée –
elle courbe la tête
sous l’averse de riz
 
 
 
lundi matin –
la cafetière qu’il aurait
fallu détartrer
 
 
 
haies taillées –
le petit jardin
plus vaste
rétroviseur –
une toile d’araignée
sur le soleil levant
 
 
 
cerises vertes –
un couple de merles passe
de branche en branche
 
 
 
crépuscule de juin –
le volant de badminton
un instant au soleil
 
 
 
emplissant l’arrosoir
le parfum des pétunias
dans le soir de juin
 
 
 
premières cerises –
un barreau de bois blanc
à la vieille échelle
 
 
 
petit déjeuner
au jardin – une grive
me tient compagnie
 
 
 
massif de lavandes –
la petite abeille ne sait
par où commencer
 
 
 
bourdonnement –
une première fleur
sur la clématite
 
 
 
dans la pelouse
des noyaux de cerises
que je n’ai pas mangées
 
 
 
échelle trop courte :
tout en haut du cerisier
la part des oiseaux
 
 
 
autoroute –
un corbillard plein de fleurs
à tombeau ouvert
 
 
 
dimanche – les pigeons
picorent des grains de riz
au seuil de l’église
 
 
 
repas au jardin –
une chenille s’invite
pour le dessert
 
   
Copyright - Damien Gabriels (juin 2005)



 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement