HAÏKUS AU FIL DES JOURS

un choix de mes haïkus pour août 2005

Damien GABRIELS


l’orage s’éloigne –
le filet de badminton
s‘égoutte sous la lune
 
 
 
traversant lentement
le parking du bureau –
soir de vacances
 
 
 
dernières cigales –
l’ombre de la boule
touche le cochonnet
 
 
 
rafales de vent –
les épis bas des lavandes
balayent le sol
 
 
 
petit vent du soir –
la flamme de la bougie
frissonne
 
 
 
fin de repas –
des pépins de pastèque
offerts aux fourmis
 
 
 
crépuscule –
un grand chien solitaire
au bout du chemin
 
 
 
ciel voilé
une absence :
le cri des cigales
 
 
 
au bord du champ de blé
quelques coquelicots
épargnés
 
 
 
table de pierre –
une chemin que seules
les fourmis connaissent
 
 
 
vent de moisson –
l’attrape mouches constellé
de balle de paille
 
 
 
café brûlant –
un premier rayon de soleil
traverse les chênes
 
 
 
détour du sentier –
le lièvre et moi
immobiles
 
 
 
arrosage –
un lézard lape l’eau
renversée sur la pierre
 
deux avions de chasse
déchirent le silence –
le papillon change de fleur
 
 
 
nuages au couchant –
à ses yeux d’enfant, des formes
- que je ne vois plus …
 
 
 
soir de juillet –
chacun son tour crachant
un noyau d’olive
 
 
 
dans l’ombre des chênes
un instant d’éternité
au soleil du soir
 
 
 
14 juillet
un jour comme les autres
pour les cigales
 
 
 
sieste – une fourmi
traverse le rond de poussière
sous la balançoire
 
 
 
abeille du matin –
un épi de lavande
se balance
 
 
 
les lanières
de la porte s’écartent –
vent ou esprit ?
 
 
 
tremper ma plume
dans l’encre de la nuit
pailletée d’étoiles
 
 
 
ciel d’été –
un nuage solitaire
cherche son chemin
 
 
 
pleine lune d’été
et tuiles du vieux mas :
tant à se raconter
 
 
 
monts de pleine lune –
des phares dessinent
les courbes d’une route
 
 
 
descente en roue libre –
le vent siffle au goulot
de ma bouteille
 
   
Copyright - Damien Gabriels (juillet 2005)



 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement